Cette galerie championne de l’art contemporain africain participera à la première édition parisienne d’Art Basel

Ayant ouvert ses portes en 2012 à Abidjan en Côte d’Ivoire, Galerie Cécile Fakhoury aujourd’hui possède également des espaces à Dakar, au Sénégal, et à Paris, en France. Promouvoir l’art contemporain sur le continent africain, elle offre une visibilité à la créativité et à la diversité de l’art contemporain en Afrique non seulement à travers son programme d’expositions individuelles et collectives, mais aussi à travers sa participation à des foires et biennales internationales et des collaborations avec d’autres galeries. Je rencontre sa fondatrice, Cécile Fakhoury, pour en savoir plus sur sa participation à l’édition inaugurale de Paris+ par Art Basella plus importante foire d’art au monde, qui se déroulera dans la capitale française au Grand Palais Éphémère du 20 au 23 octobre 2022.

Qu’avez-vous pensé en apprenant que Paris+ by Art Basel remplacerait la FIAC ?

Au-delà de la surprise provoquée par cette annonce – même si on sentait déjà les choses changer depuis quelques mois – et des jeux d’influence derrière, sur lesquels chacun peut se faire une opinion, l’important qui m’est apparu était le retour, ou du moins la confirmation du retour, de la ville de Paris comme capitale majeure de l’art contemporain international. Si Paris a toujours été une ville attractive, elle n’avait pas été aussi dynamique ces dernières années au niveau international. Entre autres facteurs, la création d’une édition parisienne d’Art Basel m’est apparue avant tout comme le signe d’un regain d’influence de la ville sur le secteur de l’art contemporain, et c’est une très bonne nouvelle car j’avais déjà pris cet engagement lorsque j’ai choisi d’ouvrir notre troisième espace d’exposition à Paris au 29 avenue Matignon en octobre 2021, à l’occasion de ce qui devait être la dernière édition de la FIAC. Compte tenu du prestige et de la qualité du groupe Art Basel, cette nouvelle promettait des reconfigurations et des ouvertures intéressantes à suivre de près.

Qu’est-ce que Paris+ gardera ou fera différemment de la FIAC ?

Dans le sillage de la FIAC, je crois que Paris+ by Art Basel s’engage à défendre la spécificité française et parisienne au sein du monde de l’art contemporain, tout en cherchant à aller au-delà du travail entrepris par la FIAC, en poussant encore plus loin son rayonnement international. Parallèlement à cette résonance internationale propre à Art Basel, la sélection de galeries annoncée récemment témoigne d’une réelle démarche d’ancrage local, avec une scène artistique nationale valorisée, dans une dynamique d’émulation entre le local et le global qui semble être pertinent. La nouveauté implique généralement une attitude de dépassement parce qu’il n’y a encore rien sur quoi s’appuyer, et donc elle génère une dynamique nouvelle et intéressante.

Pourquoi votre galerie a-t-elle décidé d’exposer à Paris+ ?

La Galerie Cécile Fakhoury participait déjà à la FIAC depuis 2019, et cette foire était pour nous un événement annuel important, car elle accompagnait notre démarche d’être non seulement considéré comme une galerie d’art contemporain basée en Afrique, mais comme une galerie d’art contemporain internationale par dessus tout. De plus, en 2019 nous n’étions que deux galeries implantées sur le continent africain représentées à la FIAC, et notre présence semblait donc pertinente. Avec Paris+, la même logique est à l’origine de notre volonté de participer, avec l’honneur en plus de faire partie d’une histoire en mouvement, en train de s’écrire. Nous sommes très heureux de faire partie de cette première édition de Paris+ by Art Basel, et notre présence physique à Paris depuis octobre 2021 semble renforcer la pertinence de notre participation.

Quel est l’impact ou le rôle attendu de Paris+ sur la scène artistique parisienne ?

Paris+ confirme et renforce le rayonnement de Paris au sein de la scène artistique contemporaine internationale. On peut le considérer comme un autre signal car cette dynamique est en marche depuis plusieurs années, avec l’installation de plusieurs grandes galeries dans la capitale, et un dynamisme plus général de l’offre culturelle (musées, fondations, centres d’art…). La scène artistique parisienne ne sera donc pas uniquement influencée par Paris+, mais la création de cette foire renforce indéniablement l’ascendant de Paris comme capitale internationale de l’art contemporain.

Quels sont vos collectionneurs ?

Pour nous, nos très fidèles collectionneurs ont des profils assez divers : ils peuvent être jeunes ou moins jeunes mais avec la même réelle passion. Je suis très heureux de dire que nos plus grands collectionneurs se trouvent sur le continent africain, collectionneurs privés ou collections d’entreprises. On voit sur le continent de plus en plus se structurer autour de cette idée de collection.

Quelles catégories ou thèmes d’art moderne ou contemporain avez-vous remarqué qui suscitent le plus d’intérêt auprès des collectionneurs ces derniers temps ?

Nous sommes spécialisés, en quelque sorte, dans l’art africain contemporain et nous observons un intérêt croissant pour cette création que ce soit sur le continent et à l’international, de la part du secteur privé mais aussi des structures publiques. Il est très encourageant de voir à quel point l’art émanant du continent touche aujourd’hui un large public.

Quels sont les trois artistes modernes ou contemporains les plus intéressants à Paris+ à collectionner aujourd’hui ?

Je vais prêcher pour ma paroisse. Nous présenterons un excellent artiste béninois, Roméo Mivekannin, dans une exposition personnelle à Paris+ ainsi qu’une installation extérieure monumentale au Jardin des Tuileries. Je ne connais pas encore les artistes présentés à la foire, mais je peux citer une galerie qui présente aussi quelques artistes africains comme la galerie In Situ basée à Romainville, qui travaille avec Otobong Nkanga, un artiste nigérian basé en Belgique dont le travail est incroyablement profond , ou encore Meschac Gaba, un artiste béninois basé à Cotonou qui propose une lecture du monde très forte et pertinente.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *