Justice Clarence Thomas & Prince et Justice Barrett & JRR Tolkien – Nos passe-temps offrent un aperçu de nos âmes

En règle générale, les plaidoiries de la Cour suprême sont des affaires sobres avec beaucoup d’échanges de va-et-vient et de joutes juridiques entre les juges et les avocats représentant les plaignants et les défendeurs dans l’affaire. Mais de temps en temps, il y a des moments légers – y compris lors de l’audience d’hier concernant une affaire de droit d’auteur artistique.

Fondation Andy Warhol contre Goldsmith est un différend sur la question de savoir si l’artiste pop a violé le droit d’auteur fédéral d’une photographie du musicien Prince en l’utilisant comme base de l’une de ses nombreuses sérigraphies rock.

“Disons que j’étais un fan de Prince”, a demandé le juge Clarence Thomas. “Ce que j’étais dans les années 80.”

“Plus maintenant?” La juge Elena Kagan intervint, provoquant des rires dans la salle d’audience.

“Seulement le jeudi soir”, a plaisanté le juge Thomas, une remarque qui a fait tomber la maison.

Au cours de la même discussion sur l’art et la loi sur le droit d’auteur, le juge Samuel Alito a évoqué l’œuvre de Léonard de Vinci Mona Lisa La peinture. La juge Amy Coney Barrett a fait référence à JRR Tolkien Le Seigneur des Anneaux trilogie.

Il est logique que les juges posent des questions ou fassent valoir des arguments en soulevant des références ou en partageant des illustrations de leur coin du monde. C’est la nature humaine – et c’est aussi un aperçu intrigant et parfois révélateur des amours et de la vie de quelqu’un.

D’après la dispute d’une heure d’hier, en plus d’apprendre que le juge Thomas écoutait Prince lorsqu’il était plus jeune, on pourrait raisonnablement supposer que le juge Alito aime l’art classique – et le juge Coney-Barrett est un fan de la littérature chrétienne classique. Bien sûr, ces trois juges aiment inévitablement beaucoup d’autres choses aussi – en matière de passe-temps, peu de gens sont singuliers. Par exemple, le juge Alito est également un grand fan de baseball – et un fan des Phillies qui souffre depuis longtemps.

“Pour être vraiment heureux et vraiment en sécurité”, a dit un jour Winston Churchill, “il faut avoir au moins deux ou trois passe-temps, et ils doivent tous être réels.”

Les loisirs sont une partie vitale d’être chrétien. Le mot même est dérivé du latin “recreationem” – qui signifie “récupération d’une maladie”. En d’autres termes, les loisirs nous aident à nous rafraîchir des fardeaux et des maladies de ce monde.

Bien que les Écritures ne prescrivent pas de passe-temps particuliers, les paroles de l’apôtre Paul aux croyants de Colosses nous fournissent un principe utile et même libérateur à respecter lors du choix de nos débouchés et de nos activités.

« Et quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, écrit-il, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui grâces à Dieu le Père » (3:17).

Sans surprise, les attitudes à l’égard des loisirs et des loisirs parmi les chrétiens peuvent varier. John Wesley, le célèbre ecclésiastique anglais, a dit un jour avec insistance : « Les loisirs et moi nous sommes séparés. Je suis résolu à être occupé jusqu’à ma mort. Je connais des dirigeants chrétiens qui refusent de jouer au golf – non pas parce qu’ils n’aiment pas ça, mais parce qu’ils pensent que cela prend trop de temps. D’autres le trouvent réparateur.

Nous devons respecter les convictions personnelles des gens en matière de loisirs, mais à vrai dire, nous en avons tous besoin d’une manière ou d’une autre.

Mais la façon dont nous passons notre temps compte. Où nous allons, ce que nous faisons et ce à quoi nous consacrons nos ressources reflètent nos priorités et nos passions. Comme le dit le vieil adage, nos actions reflètent bien mieux nos véritables croyances que nos paroles.

Quels sont vos passe-temps – et apportent-ils honneur et gloire à Dieu ? Vous rafraîchissent-ils et vous revigorent-ils pour son service ? Que faites-vous de votre temps libre? Avec qui le passes-tu ?

“Nos loisirs, même notre jeu, sont un sujet de grave préoccupation”, a écrit CS Lewis. “Il n’y a pas de terrain neutre dans l’univers : chaque centimètre carré, chaque fraction de seconde, est revendiqué par Dieu et contre-revendiqué par Satan.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *