Grève en Liga possible à cause de la nouvelle loi sur le sport

Une grève des clubs de LaLiga ce mois-ci d’affilée contre la nouvelle loi espagnole sur le sport ne peut être exclue, ont déclaré des sources à ESPN, bien que les parties espèrent parvenir à un accord avant qu’une action aussi drastique ne soit jugée nécessaire.

Le président de la Liga, Javier Tebas, a convoqué une assemblée extraordinaire le jeudi 27 octobre prochain pour discuter des préoccupations et des prochaines étapes concernant le dernier projet de loi du gouvernement, qui devrait être adopté avant la fin de cette année.

Diffusez sur ESPN +: LaLiga, Bundesliga, MLS, plus (États-Unis)

La ligue est mécontente qu’un amendement visant à empêcher les clubs espagnols de participer à une Super League dissidente ait été retiré, alléguant la pression des partisans de la Super League. Real Madrid et Barcelone.

L’amendement permettrait à LaLiga et à la Fédération espagnole de football (RFEF) de refuser une licence aux clubs jouant dans des compétitions qui ne sont pas reconnues par les instances dirigeantes du football.

Une réunion a eu lieu lundi entre le ministre espagnol de la Culture et des Sports Miquel Iceta, le président de LaLiga Javier Tebas et des représentants de 15 clubs des première et deuxième divisions de LaLiga, mais la question reste non résolue.

Marcotti : Que signifie l’embauche du nouveau PDG de Super League?
Carnet: Le Barca prévoit de faire ses adieux au groupe de la haute direction

Des sources ont déclaré à ESPN que la ligue et ses clubs faisaient pression pour que le projet soit modifié et pensaient qu’ils seraient en mesure de convaincre le gouvernement de revenir sur la suppression de l’amendement.

Une grève pour suspendre la saison de la ligue serait un dernier recours, mais ne pourrait pas être entièrement exclue, ont indiqué des sources. L’entreprise derrière la Super League — A22 Sports Management — a nommé un nouveau PDG, Bernd Reichart, cette semaine dans le dernier mouvement pour relancer et réhabiliter le projet dormant.

Les trois clubs membres fondateurs qui ont continué de soutenir publiquement la Super League – Real Madrid, Barcelone et Juventus – attendent actuellement une décision de la Cour européenne de justice, attendue en décembre, sur la question de savoir si le contrôle du football européen par l’UEFA constitue un monopole illégal au regard du droit européen de la concurrence.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *